Quelques proies

  • Krill
    Le krill est à la base de l’alimentation des rorquals et de plusieurs espèces de poissons. Le mot est d’origine norvégienne et signifie « nourriture de baleine ».Le mot krill est utilisé par les baleiniers pour désigner les milliards d’animaux planctoniques qui constituent la nourriture des baleines. Il est donc constitué de plusieurs espèces de crustacés dont la taille varie entre 60 mm et 6 cm de long.Le plus connu, Euphausa superba, ressemble à une crevette. Donc, le krill est un des éléments constitutifs du plancton, vivant habituellement en banc. Il se déplace en fonction du phytoplancton dont il se nourrit.


    Eusaupha superba (photo de Norbert Wu)

    Copépodes (photo de Norbert Wu)


    Les copépodes sont la nourriture préférée des baleines franches . Il faut plus de 200 000 copépodes pour remplir une tasse.

    Le corps du krill est translucide. Ce petit crustacé mesure de 0,6 à 10 cm de long. Le krill possède des organes luminescents, ce qui le rend visible dans l’eau la nuit (ce qui donne de merveilleux spectacles lorsde la plongée de nuit). Il vit dans les eaux froides (-1,8 à 1,8°C). Il semblerait que sa longévité soit de 4 à 5 ans. Il ne peut se reproduire qu’à deux ans et demi.

    La ponte se fait de la fin du printempsjusqu ‘à l’été. À chaque ponte, de 100 à 8 000 oeufs sont lâchés dans l’eau. Dans les meilleures conditions, il peut y avoir jusqu’à sept pontes par saison.
    Lorsque les oeufs atteignent le fond, entre 500 et 3 000 m de profondeur, ils éclosent, et les larves qui en sortent commencent à se développer avant de remonter à la surface. Après cinq stades larvaires, elles deviennent juvéniles. Après trois étapes supplémentaires, le krill deviendra adulte.

 

 

 

  • Calmar (ou Calamar)
    Le calmar est à l’origine de tous les récits évoquant des monstres marins. C’est un céphalopode décapode à dix bras, armés de ventouses. Celui que l’on consomme ne mesure qu’une vingtaine de centimètres. Mâles et femelles forment à certaines saisons des rassemblements nuptiaux énormes.Le géant du groupe, l’architeuthis, est à la fois la proie et l’adversaire de certains cétacés. Il peut atteindre plus de six mètres et ses tentacules 12,6 mètres. Il vit dans les grands fonds jusqu’à 3 ou 4 000 mètres et ne remonte pratiquement pas à la surface à la lumière du jour.
     
    (photos de Norbert Wu)
  • Capelan (Mallotus villosus ) est un petit poisson des mers arctiques.
  • Lançon
    Le lançon est un petit poisson du genre Ammodytes fréquent dans l’Atlantique Nord, également appelé anguille de sable, qui a la particularité de s’enfouir dans le sable.
  • Sébaste
    Le sébaste se distingue des autres poissons à rayons épineux non seulement par sa couleur frappante, qui va de l’ orange au rouge flamme et est parfois empreinte de brun, mais aussi par une protubérance osseuse sur la mâchoire inférieure, par un éventail d’épines osseuses situées sur le pourtour de l’opercule et par ses grands yeux.
  • Hareng
    Le hareng (Clupea harengus ) est un poisson vivant en grands bancs. Il est présent dans presque toutes les mers : hareng de l’Atlantique, hareng de la Baltique, hareng du Pacifique, hareng de la Tamise, etc. Il vit en profondeur le jour et se rapproche de la surface la nuit.
  • Maquereau
    Le maquereau est un poisson de la famille des scombridés au corps en forme de fuseau, pointu aux deux extrémités. Ses écailles brillantes sont noires, vertes et bleues sur le dos, d’un blanc nacré sur le ventre. Long de 20 à 40 cm, il est activement pêché pour sa chair lourde et huileuse.