Baleine à Bosse

La Baleine à bosse, mégaptère, jubarte ou rorqual à bosse est une espèce de cétacé à fanons. La baleine à bosse peut effectuer des sauts spectaculaires hors de l’eau. Ses nageoires pectorales sont de grandes tailles, contrairement aux autres cétacés et son chant très élaboré est aussi une de ses caractéristiques. Elle vit dans les océans et les mers du monde entier. Elle est un sujet privilégié pour le tourisme d’observation des baleines grâce à ses sauts.

baleine a bosse
Baleine à bosse
  • Nom scientifique : Megaptera Novaeangliae
  • Longueur : 11 à 13 mètres (jusqu’à 16 mètres)
Baleine à bosse - comparaison avec l'humain
Baleine à bosse – comparaison avec l’humain
  • Longueur à la naissance : 4 à 5 mètres
  • Poids : 25 à 35 tonnes
  • Poids à la naissance : 1,3 tonne
  • Longévité : 30 à  50 ans
  • Sociabilité : solitaire, parfois par paire ou en groupe.
  • Identification : longues nageoires pectorales, dessus noir ou gris foncé, petite protubérance devant la dorsale nageoire caudale dressée avant de sonder. Ce mégaptère a un souffle visible et bruyant atteignant 2,5 à 3 mètres. À la surface, il montre son dos et sa nageoire dorsale. Il sonde en arquant fortement le dos et en projetant très haut sa queue hors de l’eau. Il peut rester entre 10 et 30 minutes en immersion. Il est surnommé le « clown des mers » parce qu’il lui arrive de sortir ses nageoires pectorales à la verticale et de battre l’eau avec elles. On pense qu’en réalité il agit ainsi afin de tétaniser les poissons pour mieux les piéger.
  • Habitudes alimentaires : cette baleine se nourrit de krill mais aussi de poissons : harengs, maquereaux et capelans. Pour se nourrir, elle remonte à la surface la bouche grande ouverte, les sillons de sa gorge déployés, et referme puissamment ses énormes mâchoires. Puis, elle rejette l’eau à travers ses fanons, piégeant ainsi le krill et les petits poissons.
    On a noté un comportement particulièrement intéressant : un ou plusieurs individus se placent en dessous d’un banc de petits poissons ou de krill. Ils soufflent des bulles en remontant à la surface en formant des spirales de plus en plus petites, érigeant un rideau de bulles qui emprisonne les proies. Les rorquals arrivent vers la surface, gueules grandes ouvertes, avalant ces proies prisonnières. Les baleines à bosse se servent aussi de certains sons afin d’apeurer et emprisonner leur proies. Un « filet de bulles » fonctionne un peu à la façon d’un filet de pêche… et semble très efficace.
Baleine à bosse - alimentation piège à bulles
Baleine à bosse – alimentation piège à bulles
  • Comportement : plutôt sociable, souvent en groupe de 4 à 12 individus, le rorqual à bosse nage lentement mais peut atteindre 15 km/h. C’est la baleine la plus enjouée et c’est aussi une grande chanteuse. Très curieuse, elle s’approche parfois des embarcations. Lors de « ses tours de chants », elle se laisse flotter la tête en bas, les nageoires en forme de croix, comme un oiseau prêt à s’envoler. C’est surtout pendant la saison des amours que le mâle nous laisse entendre ses talents d’artiste. Selon un article du Reader’s Digest (mai 2001), les mâles entonneraient tous les mêmes airs, dans le même ordre et aux mêmes dates, qu’ils se trouvent au Mexique, au Japon ou à Hawaï. Incroyable, n’est-ce pas ?
Baleine à bosse - saut spectaculaire
Baleine à bosse – saut spectaculaire
  • Reproduction : la maturité sexuelle est atteinte lorsque le rorqual à bosse atteint 11 ou 12 mètres. Tous les 2 ou 3 ans, la femelle met au monde un seul baleineau, après une gestation de 11 à 12 mois. À sa naissance, il mesure entre 4 et 5 mètres et pèse 1,3 tonne. Le dos est bleu-noir tandis que la face ventrale de l’animal est blanche. La mère s’occupera de lui pendant un an (il fera alors 8 mètres de long). À la période des amours, les baleines se retrouvent et les mâles entonnent de longues complaintes composées de sons étranges. On pense que ces chants peuvent servir à attirer les femelles. La saison des amours se déroulent dans les zones tropicales.
  • Répartition mondiale : le rorqual à bosse fréquente à peu près toutes les mers du globe. Il effectue des migrations régulières. En été, il fréquente les régions froides pour se nourrir et retourne dans les eaux chaudes en hiver pour la période de reproduction.
Baleine à bosse - répartition mondiale
Baleine à bosse – répartition mondiale
  • Population et menaces : on estime qu’en 1900, il y avait environ 100 000 baleines à bosse dans le monde. Depuis, cette espèce a été pourchassée et décimée dans certaines parties du monde. Le rorqual à bosse fut menacé de disparition, il devenait urgent de le protéger définitivement, ce qui fut fait en 1966. Aujourd’hui, il y aurait 11 à 14 000 rorquals à bosse dans l’Atlantique Nord. On espère que malgré le braconnage, la pollution et le trafic maritime, les populations vont peu à peu s’accroître.
Baleine à bosse - saut
Baleine à bosse – saut. Photo : Fritz Geller-Grimm
Baleine à bosse - saut spectaculaire
Baleine à bosse – saut spectaculaire
Baleine à bosse
Baleine à bosse
Baleine à bosse
Baleine à bosse
Baleine à bosse albinos
Baleine à bosse albinos
Baleine à bosse
Baleine à bosse. Photo : Gaby Barathieu.
Baleine à bosse
Baleine à bosse